Carrefour Pleyel (93) - Station de Métro

Concours: Août 1998 Maître d’Ouvrage: RATP Architecte Mandataire: Philtre / H.Dubois, C.Faivre, C.Massin Scénographe: A. Sompairac Programmiste: M.Aubry Dans le cadre du projet «10 Stations pour l’an 2000», le concours portait sur un réaménagement de la station «carrefour Pleyel» . Le projet ne devant pas induire de transformations lourdes. L’ensemble de la station est traitée comme un lieu évoquant la fabrication d’un instrument de musique: le piano,.par le traitement de 3 séquences: A. Le seuil - Le clavier tourniquet Au moment où le voyageur franchit le tourniquet qui marque le site propre RATP, une petite fenêtre lumineuse s’éclaire dans le mur qui lui fait face sur laquelle se détache une portée musicale avec l’indication d’une note, celle-là même qui lui est donnée à entendre en provenance des couloirs qui prolongent la salle des billets. C’est la métaphore d’un clavier de piano qui est ici à l’oeuvre. Le flux des voyageurs crée ainsi un rythme musical étrange, diffusé dans les couloirs. B Le couloir - Le piano machine Le voyageur est soudainement plongé au coeur de l’instrument. Un grand cadre métallique horizontal ajouré le surplombe laissant deviner un appareillage dense de cordes tendues surmonté par une table d’harmonie. L’image de la mécanique interne est transmutée et adaptée à la volumétrie du couloir.laissant échapper la musique aléatoire des «entrants» C. Les quais - L’écoute, le piano fini Tout l’environnement des quais est impliqué dans la scénographie «musicale». La voûte de faïence est transformée en voûte céleste et s’ouvre vers la musique des sphères. Les étoiles y sont groupées en constellations représentatives des différents genres musicaux, illuminées alternativement suivant le passage des rames Sur le quai central- rue nocturne éclairée de réverbères- trois «pupitres-totems» supportent chacun un radar orientable.Le voyageur, dirigeant le radar vers une étoile choisie,déclenchera l’écoute de la pièce musicale lui correspondant.

en haut